Les projets retenus

0
C'est le nombre de projets représentés au hackathon de la dataweek 2019

Liste des projets qui ont soutenus

3D IMAGO URBIS

Le projet 3D Imago Urbis pour a but de numériser en 3D et diffuser le patrimoine (sous toutes ses formes, objets, oeuvres d'art, architectures, élément urbain) de façon participative pour que le plus grand nombre de personnes puissent se l’approprier.

« Imago Urbis » signifie « image de ville » et c’est grâce à des photos que cette numérisation 3D est réalisée par photogrammétrie, technique est particulièrement accessible par le fait que énormément de personnes ont un smartphone ou un appareil photo numérique.

Or si les œuvres peintes et graphiques sont massivement diffusées grâce à la photo, les œuvres en volume comme la sculpture, l’architecture, les objets archéologiques, ethnologiques nécessitent une vision en 3D à laquelle nous pouvons tous contribuer par des photos mises en commun.

Le modèle 3D (sous la forme de nuage de points 3D ou de maillages textures) peut être un support au suivi à l’étude et à l’analyse et peut permettre une médiation entre les éléments des collections ou de les restituer dans leur contexte, retrouver un point de vue ou révéler un site archéologique et ses éléments.

Ce projet s’adresse aux conservateurs de musées, restaurateurs, acteurs du patrimoine et du tourisme, pour faire découvrir vos œuvres et vos monuments, ainsi si vous êtes amateur d’art, photographe, artiste, maker, citoyen soucieux du bien commun, contributeur compulsif, vous pouvez par votre regard photographique sur les œuvres vous les approprier dans le cadre du projet 3D Imago Urbis.

Cette démarche numérique s’inscrit dans une notion de transmission qui est celle du patrimoine, créer une mémoire collective partagée et plus globalement dans le cadre de la déclaration de coopération sur la numérisation du patrimoine culturel signé par 24 pays européens le 9 avril (https://ec.europa.eu/digital-single-market/en/news/eu-member-states-sign-cooperate-digitising-cultural-heritage?fbclid=IwAR3ut6voBruSAA-OEgTkRI3nAgzl_mv6_TTkmEe-o-QazbTbmXh80ctNwYY).

HerMeS

Afin de mieux comprendre les phénomènes de pollution, des stations de mesure de la qualité de l’air ont été équipées d’une nouvelle génération d’instruments de recherche. Ces derniers fournissent de nouvelles informations en temps quasi-réel sur des paramètres non-règlementés, tel que la composition chimique et les propriétés physiques de polluants, pour à terme quantifier finement leurs sources en ligne. L’outil HERMES (“HERald of the MEasurement Station”) a pour objectif de communiquer efficacement ces nouvelles données aux scientifiques et au grand public, par un pré-traitement automatique des données ainsi qu’un affichage graphique en ligne.

Pour quels objectifs ?

– Simplifier le traitement de données complexes d’instruments de recherche

– Sauvegarder des données traitées automatiquement sur n’importe quel PC d’utilisateur

– Un affichage en ligne des données actualisé tous les jours, offrant de nouvelles informations sur les polluants atmosphériques

Pour qui ?

– Utilisable par les laboratoires de recherche et les associations de surveillance de la qualité de l’air

– A destination d’informer le grand public

PROGRAMME ZERO DECHET

Ces dernières années, une prise de conscience générale des problématiques liées à l'évolution de la quantité de plastique dans les océans et au traitement des déchets est née. Hormis quelques hurluberlus, nous sommes tous conscient que notre façon de consommer impacte notre planète, et qu'il devient urgent d'agir. Ce consensus général a récemment abouti au développement d’une nouvelle forme de consommation: le zéro déchet. Bien que celle-ci soit encore confidentielle, son développement connait une croissance exponentielle ces dernières années. Toutefois, pour que celle-ci se démocratise au plus grand nombre, il convient de proposer au consommateur une offre lui permettant de la rendre simple, attractive et d'écarter certaines idées préconçues. Ainsi est né le PZD, le programme zéro déchet.

Le programme zéro déchet est une formation continue suivi par le client sur Internet dont le but est de permettre à ce dernier de découvrir un nouveau mode de consommation axé sur la réduction de la quantité de déchet généré dans son quotidien tout en améliorant sa qualité de vie.

Cette formation se matérialise par l’envoi de box mensuelles à domicile pendant une durée de six mois. Chaque box est constituée de différents produits dans le cadre d’une thématique distincte (pour commencer, salle de bains, cuisine, entretien ménager et hygiène homme ou hygiène femme) Et chacun des produits est accompagné d’une fiche mettant en avant le gain économique et le gain écologique du mode de vie zéro déchet par rapport à un système de consommation « classique ».

A la fin de la formation, l’utilisateur dispose ainsi d’un mode d’emploi pour diviser sa quantité d’ordure ménagère par 5, voir par 10 pour les personnes les plus motivés.

GRAFFITI

L'avènement du digital et des réseaux a décorrélé les données de leur leur contexte physique en permettant leur accès distant. Pour certains types de données, la valeur ajoutée de ce contexte physique est pourtant indéniable : les horaires des prochains passages à un arrêt de car, la date d'achèvement de travaux de voirie, etc.
Afin de ramener ces données en contexte, nous développons Graffiti, une application d'appareil photo pour smartphone.

Sa particularité est d’aller bien au-delà de la simple capture d’images ou de vidéos : Graffiti permet d’enrichir le monde tel qu’il est perçu au travers de l’objectif.

Grâce à la Réalité Augmentée, au Positionnement Visuel et à l’Intelligence Artificielle, Graffiti sait « reconnaître » les objets ou les lieux et apporte une valeur ajoutée concrète aux données digitales en les affichant, en contexte, dans le monde physique.

Healthy Maps

Healthy Maps a pour objectif de répondre à la question suivante :

Quels sont les éléments qui pourraient jouer sur ma santé lorsque je vais quelque part ? Pour cela nous avons identifié quelques facteurs pouvant affecter la santé : les polluants atmosphérique, les allergènes, les maladies. Ensuite nous les avons associé à des sites fournissant des relevés continue de ces nocifs en Open Data. Cela nous a permis de construire une base de donnée associant à chaque lieu tous les polluants qui peuvent s'y trouver. Enfin nous avons regroupé toutes ces données dans une application de cartographie

L’application de cartographie permet de répondre à 2 besoins :
– Connaître le trajet le moins pollué entre 2 destinations
– Connaître la répartition des nocifs dans son environnement


Cette application est dédiée à tout le monde, car on devrait tous être informé de ce qui peut nuire à notre santé. Elle s’adresse d’autant plus à ceux qui ont une santé fragile ou ceux qui souffrent d’allergies.

HandiPaca

Le projet HandiPaca a pour but d’améliorer l’accessibilité et le confort urbain des personnes en situation de handicap et à mobilité réduite. L’idée est simple, c’est l’utilisateur de l’application, fort de son expérience personnelle, qui signale un manque d’aménagement ou la présence d’une place de parking destinée aux personnes en situation de handicap.

La signalisation d’une place est directement affichée sur une carte accessible à tous sans nécessiter d’inscription au préalable. La signalisation d’un manquement, elle, est directement inscrite en base de données, et sera plus tard transmise directement aux administrations concernées afin qu’elles puissent prendre en compte ces manques d’aménagements pour y remédier.​

Arc PACA

ARC est une plateforme qui souhaite faciliter l'Affichage, la Conversion et le Référencement des jeux de données publiques. Nous pensons qu'une plateforme dédiée favorisera l'appropriation de ces données par le plus grand nombre.

Bien que chacun puisse profiter de toutes les fonctionnalités, un soin particulier sera accordé à chaque composante de l’application en fonction du public cible:

– L’affichage concernant le plus grand nombre, il devra faciliter la lisibilité et la comparaison des données via un système de couleurs.

– La conversion concernant davantage les développeurs, elle devra être facile à prendre en main et efficiente.

– Le référencement concerne tout le monde, mais notre but est que les administrations puissent facilement s’emparer de cet outil pour surveiller la qualité des données et éviter les redondances.​

Open Air

Aix-Marseille est la 2nde métropôle de France avec 1.83 millions d’habitants. Elle est touchée par une forte pollution (activités industrielles (terminal portuaire de Fos) et fort trafic routier). En 2016, plus de 71 000 personnes sont toujours exposées à des teneurs supérieures aux valeurs limites d’oxydes d’azotes sur le territoire de la métropole. Lorsqu’on s’attache aux recommandations OMS, plus contraignantes, 71 % de la population est concernée par au moins un dépassement des teneurs en NOx ou en PM10.

Open Air est un projet porté par 5 développeurs provençaux conseillés par ‘a Lab in the AIR’. Beaucoup d’informations sur la Qualité de l’Air sont disponibles en ligne.

Ces bases de données sont dispersées entre plusieurs portails d’accès, parfois impossibles à lire sans logiciel spécifique, parfois difficile à comprendre. Un particulier doit également trouver un cheminement adapté entre ces informations, pour obtenir toutes les réponses recherchées avec un niveau de compréhension suffisant et sans oublier des parties importantes.

Open Air est un portail où des experts publient des articles sur les centres d’intérêt des particuliers sur la thématique Qualité de l’Air. Ces articles référencent les bases de données concernées, et apportent une visualisation immédiate de cette base de donnée là où c’est utile.​

Retour en haut